Entre une pensée, un café, une cigarette et une rognure d’ongle, venez vous installer !

Avant Propos.

vendredi13bsy0571.jpg

J‘aurai pu ouvrir cet entrepôt un sordide vendredi 13, pour que les supersticieux y voient un présage maléfique, eux qui recommandent instamment de ne pas passer sous les échelles mais ne vous empêcheront pas de passer sous un taxi londonien. Si mon identité vous intéresse, je ne la dévoilerais pas, ne souhaitant pas ouvrir les vannes de l’affectif dégoulinant, ou au contraire d’une haine aveugle et irrémédiable. Disons que j’ai vécut quelques millénaires et rencontré les grandes figures de ce monde, mais surtout les anonymes dont le visage reste gravé en ma mémoire. Je veux être de ceux dont on se souvient sans nécessairement retenir le nom. Ces personnes honnêtes -ou non- qui ne se dissimulent pas derrière une appellation prédéfinie, ces bribes de souvenirs qui nous hantent toujours. Je me veux porte-parole des Identités Anonymes, où l’on accueillerait Personne par « Bonjour Quelqu’un ». Puisse Dieu, Boudha ou le fantôme de Proudhon me conférer l’audace et le bonheur de marquer au fer rouge l’avenir d’un tiers, sans une attaque Rafale-Psy ou une quelco nque prise de Viet-vo-dao.

J‘ai été voleuse et ar istocrate, j’y ai perdu la tête et des lambeaux de chair, dans de sombres traboules à  vous glacer le sang. De même, je suis hermaphrodite. J’ai commis les pires crimes et atteint le but ultime de la réincarnation. Je me drogue et me prostitue ; en abrégé, j’écris en tout sens, qualité intrinsèque. Omnisciente, si vous prêtez un oeil attentif à m es dires, je puis par un conte vous fournir la clef de votre cellule. Il suffit d’admettre mon talent d’usurpatrice, comme un énième théorême de mathématiques, et de ne pas clouer mes ailes en même temps que les nôtres. Je suis capable d’inventer plausiblement la cause des larmes de crocodiles, de vous faire rêver et rire, comme si j’étais aux commandes du bolide de vos Sentiments, dont le tableau de bord est plus complexe que tous les avions hypersoniques de cet univers. J’ai donc bien plus de mérite que les pilotes de chasse et de Formule 1 réuni, ma rémunération peu donc sembler non appropriée en vue de mes génialissimes compétences. Et pourtant, si vous sortez d’ici, mes phrases tournicotant au sein de votre caboche, mais mon pseudonyme anonyme sur le bout de la langue, impossible à recracher, vous aurez ma reconnaissance ; je serai devenue ce que j’aspire à être.

J‘ai le devoir de vous en informer : je suis profondément mysophalle. De même, je ne tolèrerai aucun propos homophobe sur ce site. Si mon athéïsme peut en choquer quelques uns, qu’ils déguerpissent en vitesse avant que le Diable rouge ne les fasse basculer du côté obscure de la Force.

 

femi70.jpg

 

15 novembre, 2008 à 21:30


Laisser un commentaire